Présentation des actions internationales

Présentation des actions internationales

English version


Résumé

1997 est le premier stage international d’un type nouveau organisé par le Spéléo Secours Français à la suite du congrès UIS de La chaux de Fond. Depuis la France par sa commission spéléo secours organise tous les deux ans un stage international de secours spéléo pour 30 à 40 participants. Tous les aspects du secours y sont traités : Assistance aux victimes, évacuation avec et sans corde, communications souterraines, désobstruction avec et sans explosif, plongée, gestion de secours. Les enseignements se font sur le terrain en situation : grotte, gouffres, canyon, falaise. Les cours sont dispensés en français, espagnol et anglais. Les notions enseignées vont des plus simples aux plus complexes et les stages se terminent par un exercice incluant les spéléos de la région et les partenaires administratifs.

Ces stages ont reçus plus de 200 spéléologues venant de tous les continents et de plus de 24 pays. Bon nombre d’entre eux sont devenus responsables secours de leurs pays.

Introduction

L’expérience de la France en matière de spéléo-secours est liée à l’augmentation de la pratique de la spéléologie et des accidents dès les années 70. La France traitait une quarantaine d’accidents par an dans les années 80. Il a fallu un gros travail de formation et de prévention et une amélioration des conditions d’exploration pour descendre à une moyenne de 25 interventions par an en 10 ans. Le traitement de ces accidents a conduit le Spéléo Secours Français à rechercher des solutions dans tous les domaines : technique, matériel, désobstruction, plongée, médicale, communication et gestion. Ces recherches se sont faites dans de nombreux pays pour aboutir aujourd’hui à un savoir faire sur lequel s’appuient les Etats.
Les échanges en matière de spéléo secours existaient depuis de nombreuses années mais ils ont pris un essor depuis 1997 après le congrès UIS de la Chaux de Fond en Suisse.
Cette année là le Spéléo Secours Français a proposé un stage secours international en session post congrès.
L'engouement pour ce thème secours est dû au développement de la pratique de la spéléologie dans de nombreux pays et notamment en Europe. La spéléologie se démocratise et avec une plus grande pratique, malheureusement, les accidents se développent.
Des accords administratifs entre la France et des pays européens permettent la prise en charge financière de ces échanges.

Contexte particulier des stages internationaux

En premier lieu les échanges entre les pays se généralisent. Au départ ces échanges étaient ciblés sur l'enseignement de la spéléologie pour évoluer sur tous les thèmes dont le secours. Les stages scientifiques accueillent des spéléologues étrangers comme le dernier en date dans le Vercors en 2008.
La présence de spéléologues étrangers sur des stages secours nationaux devenait croissante avant 1997.
Les besoins de ces spéléologues dépassaient le contenu technique ou administratif que nous enseignons au niveau national dans nos propres stages.
Enfin la lourdeur liée au temps nécessaire pour la traduction nous ont conduit à mettre en place un stage spécifique réservée aux demandes des spéléologues étrangers.

L’organisation du Spéléo-Secours en France

Nous avons connu une évolution du matériel et des techniques dès les années 80. Nous avons réalisés des tests à la suite de ceux effectués sur le matériel par les Italiens. Cela a donné lieu à la publication du manuel du sauveteur et à une information sur l’évolution des techniques d’évacuation.
Par exemple l'usage d'une corde unique au lieu de deux en secours. Nous avons du faire campagne et formation auprès des équipes spéléo secours pour accepter ce nouveau concept. A cette époque nous accueillions des spéléos Polonais et Hongrois dans nos stages. Nous avons même réalisé un stage complet pour l'équipe secours de Hongrie de Miskolk qui a affrété un car pour nous retrouver en Savoie.
Dès sa création le Spéléo Secours Français a mis au point une gestion pointue des secours afin de gérer les équipes et le personnel engagé sous terre.
Enfin la médicalisation contribue à conditionner les victimes et d’éviter un décès dans le transport. Apporter les soins nécessaires avant l’évacuation est devenu le premier concept.
En 1997, au premier stage secours international organisé par le Spéléo Secours Français je comptais consacrer un temps à chaque pays pour communiquer sur les façons d'opérer de chacun. Mais à la prise de contact, le premier jour, les spéléos des 12 pays représentés nous disaient qu'ils ne savaient pas faire et qu'ils venaient pour connaitre l'expérience développée par la France et attendaient un enseignement complet de notre part.

Contenu des stages

En pré requis, les spéléos doivent maitriser les techniques de progression individuelle sur corde. L’enseignement s’adresse à des spéléos expérimentés.
Les techniques d'évacuation d'une civière à l'aide de cordes sont enseignées avec une progression dans la complexité des situations.
Nous voyons en premier lieu le nœud répartiteur de charge sur 3 points, puis le nœud largable.
Sur le nœud répartiteur nous installons un "Poulie-bloqueur", suivi d'un palan et enfin la "technique du contrepoids". Pour chacune des techniques on procède à la mise en place des ateliers. En faisant fonctionner les ateliers chacun se met en situation dans tous les rôles.
Nous terminons avec les tyroliennes qu'elles soient horizontales ou de déviation (obliques).

L'ASV (Assistance Victime)

C’est l'apprentissage de tout ce qui concerne une victime avec la récupération des données sur l’état de santé, puis la mise en confort dans un point chaud avec les notions nécessaires pour un premier déplacement. Nous voyons également le rôle du médecin et l’aide dont il a besoin.

Les moyens de communications téléphone ou radio

Les moyens de communications téléphone ou radio, qu'ils soient filaires ou sans fil, sont mis en œuvre également avec notamment le TPS (Transmission Par le Sol).

La désobstruction

La désobstruction, avec ou sans explosif est également mise en application ; sachant que l'usage ultérieur est soumis aux réglementations propres à chaque pays.

La plongée

La plongée est abordée avec les techniques spécifiques et la démonstration d'une civière conçue pour le franchissement des siphons. L’information et la démonstration sont assurées par les équipes de plongeurs du SSF selon les lieux du stage. Par exemple dans le Jura un stagiaire choisi parmi 7 volontaires a pu être conditionné sur la civière plongée et emmené sous l'eau en lac.

La gestion

Enfin la gestion est abordée avec ses outils spécifiques : diagramme, planning, cahier de liaison, fiches... Cet aspect est systématiquement abordé puis appliqué au cours d'un exercice grandeur nature.

Méthodologie

Les informations sont données en 3 langues : français, anglais et espagnol. Des groupes par langage sont constitués pour un gain de temps et pour un échange plus facile entre les participants.
Les données théoriques sont appliquées ensuite en cavités, gouffres, falaise ou canyon.
Un exercice en association avec les spéléologues et partenaires administratifs permet de se mettre pendant un jour et demi en situation réelle et de voir la gestion et l'organisation d'un secours.
Un bilan de stage sous forme d'une vidéo donne à chacun un récapitulatif des techniques abordées. La vidéo dure environ une heure et provient des 4 heures de séquences tournées au cours du stage.

Evolution

En dix ans nous avons pu observer une uniformisation des équipements individuels, allant vers une plus grande sécurité.
Maintenant les stagiaires qui arrivent ont souvent appris les principes de base chez eux. Cela permet d'approfondir et accorder plus de temps aux notions d'ASV, de désobstruction et de gestion.
Les spéléos sont demandeurs de gestion et de soutien sur le plan administratif. Dans plusieurs pays la reconnaissance des compétences des équipes de spéléologues par les Etats ou les gouvernements se pose.
Les problèmes de responsabilité, de finances, d'assurance ou de couverture administrative des sauveteurs engagés sont maintenant d'actualité.
Si le nombre grandissant de la pratique de la spéléologie dans de nombreux pays apporte des résultats, il conduit statistiquement à des secours plus fréquents.
La formation et le partage d'expérience devrait conduire à une diminution de ces accidents mais pas pour autant à la disparition des secours.
Il est donc nécessaire de poursuivre les échanges et les formations.
A l'échelle des continents et sous-continents il faut développer le travail de recherche et faciliter ainsi localement des renforts en cas de secours.

Les stages internationaux en France de 1997 à 2008.

En 10 ans nous avons organisé 6 stages internationaux. Chacun sur une durée de 8 jours.
En 1997 dans les Alpes, en 1999 - 2001 et 2003 dans les Pyrénées, en 2006 dans le Jura puis en 2008 dans les Alpes.
Quelques stages Nationaux ont reçu également des spéléologues que ce soit en ASV, Désobstruction, Equipier-chef d'équipe, stage de Conseiller Technique.
Nous avons reçu prés de 200 spéléologues venant de tous les continents et de 22 pays :

  • Afrique : Maroc
  • Amérique : Canada, Brésil, Mexique, Puerto Rico.
  • Asie : Liban, Japon.
  • Australie.
  • Europe : Belgique, Bulgarie, Croatie, Espagne, Hongrie, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Serbie, Slovénie, Suisse.

En dehors de ces stages qui se sont déroulés en France nous avons organisé ce même type de stage 3 fois au Mexique et une fois en Russie.
Une autre forme d'échange concerne l'envoi de cadres techniques pour soutenir ou conseiller des pays organisateurs de formation secours chez eux. Ce fut le cas ces dernières années avec 7 pays : Liban, Roumanie, Bulgarie, Pologne, Hongrie, Espagne, Grèce. Nous accueillons également les spéléologues de Belgique lorsqu'ils organisent eux mêmes leur propre stage en France.

Conclusion

Nous sommes conscients de l'importance de l'implication des spéléologues dans leurs propres secours.
Du fait de leur connaissance des lieux, du fonctionnement des cavités, de leur connaissance des moyens de progression et de secours ils peuvent et doivent jouer un rôle dans les secours spéléologiques.
Les services de secours traditionnels et souvent professionnels ne peuvent assurer l'existence d'équipes suffisantes pour faire face aux rares secours spéléologiques dans un pays.
Que nous soyons en visite dans une cavité ou en exploration ou encore si nous menons des recherches scientifiques nous devons pouvoir mettre en sécurité une victime et nous associer aux secours si nécessaire.
Cet engagement nous confirme dans une pratique responsable auprès de nos administrations de tutelle. Nous devenons également des auxiliaires disponibles et compétents si l'accident survient à des personnes non organisées ou n'appartenant pas à une organisation spéléologique.
Enfin bon nombre de spéléologues ayant suivi les stages sont aujourd'hui responsables des spéléo-secours de leurs pays.
Les techniques et méthodes sont les mêmes dans tous les pays ce qui permet une meilleure synchronisation en cas de renfort d’un pays à l’autre.
La France n’est pas la seule à pratiquer ces échanges et ces dernières années de nombreux pays ont transmis également leur savoir faire comme la Belgique avec la Turquie ou la Suisse avec Cuba.
Enfin la formation aux techniques de secours procure une plus grande autonomie des pratiquants et permet tous les ans à des équipes de se sortir par eux-mêmes de difficultés parfois importantes.

Bibliographie :

Manuel du Sauveteur - édité par le Spéléo Secours Français - Editions SSF en 2005
(3 versions : française, anglaise et espagnole)
Compte rendu des stages internationaux - par Christian Dodelin - INFO SSF n°92 septembre 2008 (p17 à 19)
Résumé des essais SSF de 1994 et 1996 - par Jacques Gudefin et Christian Dodelin - dans Dossier d’Etudes et de Recherches du Spéléo Secours Français en mai 1998 (p 25 à 36)

International cave rescue trainings

Version française


Resume

Organized by the Speleo Secours Francais after the UIS congress of La chaux de Fond, 1997 saw the first international training in a new style of cave rescue. Since then, the French, with its commission on cave rescue, has conducted international training for 30 to 40 cavers every two years. All the aspects of the rescue were in the program: Assistance for the casualty, carrying the stretcher (with and without rope), communications underground, removing obstructions (with and without explosives), diving, and operational organization. The teaching was conducted in place: caves, pits, canyons, and cliffs. The courses are conducted in French, Spanish and English. The course starts with simpler techniques and continues to the more difficult. At the end of the training there was an exercise with the cavers of the country and the administrative partners.

We conducted these trainings for more than 200 cavers coming from 24 countries all across the world. Some graduates of the course have become leaders in cave rescue in their own countries.

Introduction

The experience of French Cave Rescue is linked with more practice of Speleology and accidents since the seventies. The French had forty accidents by year during the eighties. During 10 years we had expand work on formation and on prevention and found better conditions of exploration to arrive at 25 interventions a year. The processing of these accidents led the Spéléo Secours Français to search solutions for technique, material, digging, caving, medicals aspects, communication and management. These researches were done in numerous countries and contribute today to recognition of cavers by State.
The exchanges for cave rescue existed many years but they grew since 1997 after le congress UIS of Chaux de Fond in Switzerland.
This year the Spéléo Secours Français proposed a training international of cave rescue after the congress.
The need for safety goes with increased practice of caving in numerous countries and especially in Europe. The Speleology practice becomes more democratic and with more practice, unfortunately the accidents increased.
Some administrative agreements between France and European countries allow financial facilities for these exchanges.

The particular context of international trainings

Exchanges between the countries became general. Before these exchanges concerned teaching of caving and continued with all the themes including the rescue. The scientific training receives some foreign cavers like the last in Vercors 2008.
The foreign cavers were more and more numerous at the national training before 1997.
They needed other things and more than we were teaching into our national formation about technical and administrative aspects.
Finally we needed more time for the translation and a specific training for the other countries became a necessity.

The cave rescue organization in France

We have known an advance of the material and techniques from the eighties. We made some tests after those made by the Italian cavers. We could publish a technical manual and inform about the new techniques.
For example using only one rope for cave rescue instead of two. We must do many training sessions for the rescue team in France and agree this new concept. At this time we received cavers from Poland and Hungary in our training. We put then in place a specific training for the rescue team of Miskolk of Hungary. They came in France (Savoie) with a bus and all the team.
Since beginning the Spéléo Secours Français adopted a management process of rescue to coordinate the teams and the people inside the cave.
Finally the medicalisation contributed to condition the victim and avoid a death during transport.
Bringing the necessary medication, etc… before the evacuation has become the first necessity.
In 1997, during the first Rescue International Session organized by the SSF, I wanted to consecrate time for each country to present the operation method of each country. But at the first contact the cavers of 12 countries represented said they could not do that and they needed the experience developed by the French and waited for more information on our part.

Session program

In first requirement, the cavers need to practice the individual technique with rope. This is for experienced cavers.
The evacuation techniques with rope and stretcher are practice with a progression in the complexity of situation. We see in first place the 3 points knot and after the hitch knot.
On the triple anchor we install a “pulley jammer”, followed by a “Z-rig” and finally a “counterbalance”. For each of those stages we install the system. While doing it each trainee changes position to understand each part of the operation.
We finish with the Tyrolean horizontal or inclined.

ASV (Victim Assistance):

This is to understand all concerns a victim with regard to his state of health. We have to know and to do the survival point. After to transfer for comfort and warmth and to access what is necessary for the rescue before evacuation.
At the same time we see if a doctor is required. We see with him how bring our help in medical aspect.

Communication

We put in place means of communication, either telephone or radio, with or without line, especially the TPS (Transmission radio by ground).

Removal of obstruction

The removal of obstruction with or without explosives is also put in place. Understanding the use is controlled by regulation in each country.

Diving

Diving is done with specific techniques and a demonstration of underwater stretcher for evacuation of sumps. Information and demonstration are done by the teams of divers of the SSF depending of the site.
For example in Jura a trainee chosen from 7 volunteers is a victim on stretcher and transporter under the water the lake.

Management

Finally the management is thought with specific teals: diagram, planning, notepad and posters… This aspect is systematically done and applied during a big exercise.

Methodology

The information is given in 3 languages: French, English and Spanish. Teams by language are formed to gain time and easier exchange between participants.
The theory is used, afterwards in caves, pits, cliffs or canyons.
An exercise in association with the cavers and administration partners gives us a day and half to put in real situation what is been learned and to see the management and organization of rescue.
A debriefing in a form of video is given to each member with a resume of the techniques used. The video is about one hour and provides the 4 hours of sequences covered by the curse.

Evolution

In ten years, we have seen a standardization of individual equipment with much more security.
Now the trainees that arrive have often learnt the basic principals at home. This allowed much more time for advance training of the ASV and makes the management easier.
The cavers demand management and support on the administration level.
In certain countries the rescue teams of cavers have not recognition of government. During rescue the problems of responsibility, finance, insurance for the rescue team are now the actuality.
If the numbers increase in the practical of caving in numerous countries brings results, it produces statistics of the more frequent rescues. The formation and prevention helps the reduction of accidents but doesn’t stop the need for rescue teams.
It is therefore necessary to continue the exchange and formation.
At the level of continent and part of continent it is important to develop the research and finally facilitate reinforcements when it is necessary.

The international training sessions in France 1997 to 2008

In ten years we have organized 6 curses. Each of them for a period of 8 days.
In 1997 in Alps, 1999 – 2001 and 2003 in Pyrenees, 2006 in Jura and 2008 in Alps.
Other national curses received equally foreign cavers in ASV, or removing obstructions session, or training for rescue team member or leader and technical instructor session.
We have received about 200 cavers from all continents and 22 countries:

  • Africa: Morocco,
  • America: Canada, Brazil, Mexico, Puerto Rico,
  • Asia: Lebanon, Japan,
  • Australia
  • Europe: Belgium, Bulgaria, Croatia, Spain, Hungary, Ireland, Italia, Poland, Portugal, Romania, Russia, Serbia, Slovenia, Switzerland.

Extra to the curses in France we have organized a same type of curse 3 times in Mexico and once in Russia.
Another form of exchange concerns sending technical cancellers in other organizing countries. For instance, these last years in 7 countries : Lebanon, Romania, Bulgaria, Poland, Hungary, Spain and Greece.
During recent years in our country we have received also cavers from Belgium when they have organized their own curses in France.

Conclusion

We are aware of the importance of the involvement of cavers in their own rescue organization. The cavers know the caves, the means to practice caving and rescue techniques, so they can and have to play a role in cave rescue organization.
The traditional security teams and often professionals do not have sufficient numbers in the face of rare caving rescues in their countries. We have to include in all teams member and medical knowledge to put in security someone in case of necessity.
This commitment confirms us for a responsible practice near our authorities. We can bring help with efficient if there is an accident concerning someone who is not caver.
Finally many cavers who are coming at these curses are today in charge of cave rescue in their country.
The techniques and methods are the same in every country that allow a better condition when we have to work together.
Others countries have exchange: for example the Belgium and the Turkey or Switzerland and Cuba….
Last point, cavers are more efficient in caving and in case of accident they can do themselves the rescue.

Bibliographie :

Manuel du Sauveteur - édité par le Spéléo Secours Français - Editions SSF en 2005
(3 versions : française, anglaise et espagnole)
Compte rendu des stages internationaux - par Christian Dodelin - INFO SSF n°92 septembre 2008 (p17 à 19)
Résumé des essais SSF de 1994 et 1996 - par Jacques Gudefin et Christian Dodelin - dans Dossier d’Etudes et de Recherches du Spéléo Secours Français en mai 1998 (p 25 à 36)

 

Copyright SSF

Copyright © 2008 - Spéléo Secours Français - Tous droits réservés
En cas d'accident spéléo composer le 0800 121 123 (N° vert - appel gratuit)

Vous êtes ici : Accueil International Les actions internationales du SSF